Vous êtes ici

Filou une petite filoute régionale

Difficile de n’en prendre qu’une. La Filou de la brasserie Vanhonsebrouck descend toute seule, la coquine. Depuis 2014, cette triple est la benjamine des 32 bières produites par la brasserie située à Izegem. Hans Mehuys, brasseur principal, nous montre avec fierté comment l’or liquide est fabriqué.

Hans, le brasseur principal, nous conte l’histoire d’Amandus, qui fonda la brasserie il y a plus de 100 ans de cela. Amandus Van Honsebrouck était un entrepreneur né, et son agenda était incroyablement chargé. En plus de sa brasserie, il possédait une ferme, une distillerie et une laiterie. Il était aussi bourgmestre du village de Werken, une commune de l’entité Kortemark, en Flandre Occidentale. Aujourd’hui, c’est Xavier Van Honsebrouck qui dirige la brasserie. Avec lui, on en est à la septième génération.

National Media File 
0
National Media File 
0
National Media File 
0

En 2016, Xavier a entamé un nouveau chapitre de l’histoire : la nouvelle brasserie, à Izegem. L’ancienne brasserie, à Ingelmunster, une commune avoisinante, ferma ses portes en 2015. Outre la salle de brassage flambant neuve et entièrement équipée, la brasserie s’est enrichie de nouveaux atouts : un établissement où manger, un magasin, un centre d’accueil des visiteurs…

Les mardi, mercredi et jeudi, 10 brassins sont préparés. C’est ainsi que l’on arrive à quelque 1150 hectolitres quotidiens de bières délicieuses. Pour ce faire, les techniques les plus modernes sont mises en oeuvre. La brasserie dispose notamment d’un système de récupération de l’énergie.

« Par heure, nous pouvons remplir pas moins de 20.000 bouteilles de Filou. »Hans

Accessible et noble

En 2014, la famille décide de mettre une bière triple belge sur le marché, douce et puissante à la fois. Filou est née. Cette bière blonde de 8,5 % se boit facilement, mais elle est toutefois suffisamment intrigante pour séduire les amateurs de bières spéciales. Le nom ludique et l’étiquette du breuvage le rendent également attractif pour un public plus jeune.

National Media File 
0
National Media File 
0

La Filou n’a que cinq ans mais elle est déjà très populaire.

Hans : « Nous brassons la Filou avec des houblons belges et français, et du malt de pils. D’abord, nous mélangeons le malt moulu avec de l’eau. Il est moulu de manière à ce que l’ivraie – l’enveloppe des grains – reste la plus intacte possible. Une heure plus tard, le tout est versé dans la cuve de filtrage et nous séparons le moût de l’ivraie. Le moût est la décoction du malt. Nous stérilisons le tout dans une marmite et nous ajoutons les épices et le houblon. Une étape cruciale pour le résultat final ! Après cuisson, le liquide est trouble. Nous l’épurons via un whirlpool. Une sorte de panier à salade géant, mais pour la bière (rires). Quand la bière a été rafraîchie avec de l’eau glacée, elle part dans la cuve de fermentation. »

National Media File 
0
National Media File 
0
National Media File 
0

« Après une semaine de fermentation haute, nous la filtrons et la faisons reposer. La dernière étape ? Ajouter le sucre et pasteuriser la boisson. Les bouteilles de Filou sont remplies, on y ajoute de la levure fraîche et nous stockons les bouteilles encore deux semaines dans un espace chauffé à 25°C. Par heure, nous sommes en mesure de remplir 20.000 bouteilles ! »

National Media File 
0

« Nous sommes fiers de notre Filou. C’est une bière avec un clin d’oeil. Après tout, qui filoute l’autre ? La bière qui séduit le buveur, ou le buveur qui craque pour une deuxième bouteille ? »

Type : Bière blonde limpide, finement perlée, au col de mousse blanc et ferme
Goût : Ample, amer, sucré
Arômes : Houblons belges et français, épices
Degré d’alcool : 8,5 %
Température de dégustation : 6°C

< vers le monde de Spar