Vous êtes ici

produit passion : Bon, le concombre !

De plus en plus de consommateurs font le choix du bio. Walter, Koen et Annelies Van Hauteghem, qui cultivent nos concombres bio, en sont heureux. Notre acheteur Spar, Eric Lambinon, s’est rendu dans leur entreprise horticole Vitaetom, à Zwijndrecht. Il y a découvert que la culture de ce légume svelte demande pas mal de savoir-faire. 

serre komkommers
National Media File 
0

Pour Eric Lambinon, notre acheteur Spar, le concombre est indispensable dans une salade d’été. Walter, tout comme son fils Koen et sa fille Annelies, en est également convaincu. Et ils optent avec conviction pour la variante biologique.

Walter : « Quand mon père a fondé l'entreprise dans les années cinquante, on ne parlait quasiment pas du bio. Il a commencé par la culture de fraises en pleine terre. Ensuite nous avons cultivé des tomates pendant plusieurs années. En 2017 nous sommes passés à la culture biologique de tomates, courgettes et concombres. »

National Media File 
0

Annelies : « Il faut normalement deux ans pour faire la transition de l’agriculture traditionnelle à la culture bio. Nous avons pu faire le pas en trois mois. Nous n’avions qu’à détruire notre système de gouttières et nous avons pu travailler en pleine terre immédiatement. C’est l’une des conditions obligatoires de la culture biologique. Il faut aussi utiliser des engrais et pesticides d’origine bio, opter pour un compost de feuilles certifié, cultiver à la lumière naturelle et nourrir les plantes naturellement. »

Walter : « Pour nous simplifier le travail de la culture bio, nous avons quelques petits assistants dans notre serre. Des cailles mangent les mauvaises herbes entre les plantes, et les coccinelles, qui sont de véritables omnivores, se régalent des pucerons. Nous chauffons nos serres avec deux puissants cogénérateurs, qui produisent en même temps de l’électricité et de la chaleur, et sont plus respectueux de l’environnement. Nous essayons aussi de traiter l’eau le plus durablement possible. Nous récupérons l’eau de pluie via les toits de nos serres. »

National Media File 
0
komkommerplant
National Media File 
0
insecten komkommer
National Media File 
0
 

La culture du concombre, c’est du sport

Annelies : « Nos plantes de concombre proviennent de pépinières spéciales. Elles font environ 30 cm quand elles arrivent ici. Dès le mois de janvier, les grandes manoeuvres démarrent, car nous commençons la mise en terre. Les plantes de concombre aiment la grimpette, donc nous prévoyons des cordages le long desquels elles peuvent grimper. Après trois semaines, les premières fleurs jaunes apparaissent. Nous devons les éliminer manuellement, pour que la plante ne soit pas fécondée. Ensuite, les premiers fruits pointent le bout de leur nez. Nous récoltons de mi-février à début juillet, et nous le faisons à la main. Ensuite, on plante à nouveau et le processus recommence dès le début. Quand les concombres ont été cueillis, il n’y a plus qu’à les trier pour les calibrer, avant qu’ils ne soient envoyés chez BelOrta, pour la criée. »

komkommers verpakken
National Media File 
0
National Media File 
0
komkommers verpakken
National Media File 
0
 
« Les concombres de pleine terre ont un goût plus intense et une structure plus ferme. »Eric

Eric : « Après, c’est à mon tour. J’achète les concombres pour Spar à la criée. Ils seront encore emballés, afin que nos clients sachent dès le premier coup d’oeil qu’il s’agit d’un concombre bio. Et les voilà prêts à partir dans les rayons légumes des différents magasins Spar. »

< vers le monde de Spar