Vous êtes ici

Tomates fraîches, même en plein hiver

Nous les Belges raffolons des tomates. Selon les chiffres de l’office flamand d’agromarketing, c’est même le légume* le plus vendu en Belgique. Heureusement, chez Spar, vous trouvez toute l’année des tomates belges. Où donc les belles rouges passentelles l’hiver ? Eh bien, dans les serres durables du producteur de tomates Primato, à Putte.

National Media File 
0

De la serre à votre assiette

Kevin Pittoors et Chelsey Kenis parlent avec beaucoup de passion de leur entreprise de tomates Primato, à Putte. Kevin tient son amour du métier de son papa, qui cultive des tomates à 15 kilomètres de là. « Après mes études d’agro et biotechnologie, j’ai décidé de construire une serre à Putte. Chez papa, il n’y avait pas de place pour faire grandir l’entreprise. En 2015, nous avons construit une première serre traditionnelle de six hectares. Deux ans plus tard, une seconde serre suivait, équipée de lampes SON-T et LED.

Ainsi, nous pouvons cultiver sans gaspiller d’énergie, en obtenant les conditions de culture les plus optimales pour les plantes. En tout, nous avons maintenant 12 hectares où cultiver des tomates. »

De la semence à …

Chelsey : « Nous ne semons pas les tomates nous-mêmes. C’est une entreprise qui s’en charge pour nous. Quand les plants atteignent dix centimètres, ils sont greffés. Un bout du plant est détaché et attaché à une autre plante. Le porte-greffe garantit une bonne croissance et possède une résistance aux maladies. Dans le greffon se trouvent les caractéristiques recherchées de la tomate, comme la couleur et le goût. Quand elles atteignent 40 à 50 centimètres, nous les plantons dans nos serres. »

Kersverse tomaten
National Media File 
0
Kersverse tomaten
National Media File 
0

« Dans la culture traditionnelle, sans éclairage supplémentaire, nous plantons mi-décembre. La récolte a lieu de mi-mai jusque début décembre. Ensuite, nous vidons la serre. Toutes les plantes restantes et les toiles sont retirées et recyclées. Ensuite, nous nettoyons la serre en profondeur et tout peut recommencer. »

« Nos plantes de tomates qui poussent dans la serre éclairée, sont plantées mi-octobre. Deux semaines plus tard, nous allumons les lampes, au début surtout lors des journées sombres. Les lampes bleu-rouge sont accrochées entre les plantes. Pendant la période la plus sombre de l’année, elles sont allumées maximum 18 heures par jour. Au printemps, nous diminuons progressivement le temps d’éclairage. Quand il fait plus de 25° dans la serre, les lampes restent éteintes. Dans cette serre, nous récoltons à partir de mi-décembre. »

« Grâce aux lampes, nous pouvons récolter des tomates fraîches même en hiver. »Chelsey
Kersverse tomaten
National Media File 
0
Kersverse tomaten
National Media File 
0
Kersverse tomaten
National Media File 
0
 

Plein de goût et une culture durable

Kevin : « Avec la lumière, nous pouvons influencer la croissance, la forme et le goût des tomates. Bien sûr, la variété, la quantité d’eau et la nourriture jouent également un rôle important. Afin de pouvoir intervenir à temps, un conseiller de culture passe ici chaque semaine. Pour le reste, nous sommes aidés par les punaises ou hétéroptères. Ces insectes sont nos pesticides biologiques. Les bourdons, quant à eux, s’occupent de la pollinisation des plantes. Nous misons beaucoup sur la culture durable. Nous recyclons 100 % de l’eau et nous cultivons avec un apport d’énergie le plus bas possible. Une installation couplée à une pompe à chaleur fournit l’électricité via un moteur au gaz naturel. Les gaz qui se dégagent sont filtrés et servent de nourriture aux plantes. Il y a une solution durable à tous les problèmes, ou presque. »

< vers le monde de Spar