Vous êtes ici

Delirium tremens: une star mondiale à juste titre

Que ce soit le village de Melle, en Flandre orientale, ou le nom de la brasserie Huyghe, il est probable que ni l’un, ni l’autre ne vous soit familier. Mais la Delirium Tremens ? Ce nom est connu dans le monde entier. Prêts pour un plongeon dans l’univers fabuleux des éléphants roses, nos conseillers boissons, Sabine et Hans sont allés leur rendre visite.

National Media File 
0

Parmi les bières belges iconiques, la Delirium Tremens a toute sa place. Le design unique de la bouteille et les petits éléphants n’y sont bien sûr pas étrangers. Mais sans un goût fantastique, un tel statut ne serait jamais à votre portée. Et en effet, nous connaissons la Delirium Tremens comme une bière blonde forte et ample, à base de trois levures différentes, titrant 8,5 % d’alcool et possédant un goût doux et rond. Les bouteilles mates se reconnaissent à leur packaging original, qui fait penser à la céramique allemande.

Ces bouteilles patentées ne sont pas seulement jolies, elles contribuent également à la qualité, car elles empêchent la lumière d'atteindre la bière. Quant à l’étiquette, elle illustre de manière amusante les différentes phases d’un delirium, le phénomène lié à l’alcoolisme.

366 ans d’histoire

National Media File 
0

Les premières activités brassicoles du Appelhoek à Melle remontent déjà à 1654. Cette région appartenait alors encore aux Pays bas d’Espagne, pour vous donner une idée de l’époque à laquelle il faut remonter. Léon Huyghe arrive à Melle en 1902, il trouve du travail dans la brasserie… et la rachète à peine quatre ans plus tard.

Léon développa la brasserie, mais celle-ci connut des temps difficiles pendant la première guerre. Les brassins en cuivre, par exemple, furent fondus par les Allemands pour en faire des armes. Après la guerre, la famille Huyghe remplace au plus vite les brassins en cuivre par des neufs. 

La construction d’une nouvelle brasserie démarre en 1936 à une autre adresse, où elle est encore située aujourd’hui. Après l’apogée des années 60, le monde de la brasserie a connu un malaise général. De nombreuses brasseries ferment leurs portes. Pas la brasserie Huyghe, heureusement. La période difficile est surmontée et avec Jean De Laet, la troisième génération est aux commandes. Jean a fait des investissements conséquents et a fait développer de nouvelles bières.

National Media File 
0

Le fer de lanc

La première Delirium Tremens est brassée en décembre 1988. En Italie, il y a une demande de bière forte blonde, et celleci forme une réponse plus qu’adéquate. Très vite, elle deviendra le fer de lance et la carte de visite de la brasserie Huyghe. Alain De Laet, le fils de Jean et donc la quatrième génération, rejoint la brasserie familiale comme responsable de production. En 1992, de gros investissements sont faits : pas moins de 2400 m² d’entrepôts et de bureaux sont ajoutés. On ajoute de nouvelles chambres chaudes et une installation ultra moderne de mise en bouteilles qui peut traiter 15.000 bouteilles par heure. Chambres chaudes, dites-vous ? Elles servent à la refermentation. Les bouteilles y sont conservées 14 à 20 jours à une température de 25 °C.

"La Delirium Tremens a déjà gagné de nombreuses médailles et a été élue ‘Best Beer in the World’ en 1998."

A peine 19 ans après la naissance de la Delirium Tremens, en 1997, le chasseur de bières américain Stuart A. Kallen la proclame meilleure bière du monde. Un an plus tard, cet honneur est confirmé avec une médaille d’or au ‘World Beer Championship’ de Chicago. De nombreuses autres médailles suivront.

Delirium tremens productie bierflesjes
National Media File 
0
Delirium tremens bierfles
National Media File 
0
Joris dheedene
National Media File 
0

Le procédé brassicole

La Delirium Tremens est brassée uniquement avec du malt. Cela lui confère sont goût rond, qui emplit la bouche de bonheur. Le malt est moulu sur place et mélangé ensuite avec de l’eau chaude. Cette pâte est filtrée et mise dans une cuve tampon. Le résidu est pressé et séché, puis vendu comme aliment pour le bétail.

Apparemment, les vaches raffolent de cet aliment nourrissant, car elles donnent 4 à 5 % de lait en plus. Le moût passe d’une cuve de préparation vers la cuve de cuisson. C’est là qu’on y ajoute le houblon, qui donne son amertume à la bière. Une fois que le liquide a cuit suffisamment longtemps, il est centrifugé, avant d’arriver dans le refroidisseur de moût. Enfin, la bière part dans la cave de fermentation. Associer les bonnes levures avec le bon moût, c’est là que réside tout l’art de la chose.

Delirium tremens vat
National Media File 
0
wortkoeler
National Media File 
0
brouwerij whirlpool
National Media File 
0

Ne vous y méprenez pas, la couleur dorée et le col de onctueux de mousse légère pourraient vous faire penser le contraire, mais la Delirium Tremens possède un goût complexe, légèrement houblonné et elle est étonnamment maltée pour une bière aussi aérienne et ensoleillée. Elle a beaucoup de corps, une belle richesse en bouche et une fin de bouche prolongée, sucrée et fruitée. Que de sensations pour une seule bière!

Grande progression

Une nouvelle opération de rénovation d’envergure suit en 2012. Une salle de brassage hyper moderne et écologique, d’une capacité de 350.000 hl est mise en fonction. Elle permet une économie de 10 % sur les matières premières, de 30 % sur la consommation d’eau et de 50 % sur la consommation d’énergie. La production est désormais entièrement automatisée, ce qui libère du temps et du budget pour le suivi de la qualité et le développement de produits.

Chaque jour, il est possible de brasser dix fois. Mais la famille De Laet ne s’est pas arrêtée là. Ils ont continué d’investir, avec l’ambition de devenir la brasserie la plus durable du pays. Depuis, des panneaux solaires sur le toit fournissent 16 % de l’énergie La nouvelle salle de brassage, nécessaire.

bro
National Media File 
0
zonnepanelen
National Media File 
0
< vers le monde de Spar