Balises Légumes

Poireaux belges, toute l'année

Notre pays est le paradis du poireau. Il combine un climat idéal et la terre adaptée, à savoir un sol sablonneux avec de la tourbe, de la terre de bruyère sableuse ou un sol
argileux. C'est tout ce dont les poireaux ont besoin. Mais aussi dusavoir-faire de ceux qui les cultivent ! Nous nous sommes rendus à Veldegem en Flandre occidentale, où les producteurs Kris et Eveline nous ont immédiatement emmenés dans leurs champs.

Plantation et récolte

Le poireau est disponible presque toute l’année, car on peut cultiver et récolter ce légume presque sans interruption. « Surtout si on a des serres à disposition », explique Kris. « Nous cultivons beaucoup de poireaux,par hectare nous en récoltons quelque 40 tonnes. 

Nous commençons par les poireaux ‘primeur’. Mi-février, nous mettons lespetits plants en terre dans la serre, où ils grandissent 7 à 8 semaines. On peut déjà les récolter après trois mois. Ce poireau primeur est donc disponible dès mi-mai. Jusque miaoût, nous plantons des poireaux toutes lessemaines. Quand il fait froid dehors, nous couvrons les poireaux dans le champ avec des toiles de protection. »

Kook-Prei.jpg

Le poireau parfait 

Les poireaux récoltés par Kris sont toujours d’excellente qualité. Mais on remarque une petite différence de goût au long de l’année. Au printemps, le poireau primeur est un peu plus tendre que celui d’automne ou d’hiver. Mais un bon poireau doit toujours être ferme. Les feuilles ne doivent pas plier ou être molles. Les feuilles doivent être vert foncé et bien serrées. Et enfin, le blanc du poireau
doit être brillant. Si un poireau possède toutes ces caractéristiques, vous avez un exemplaire parfait en mains.

Récolte machinale 

Sur le champ, Kris nous montre comment sont récoltés les poireaux. « Nous les sortons de terre machinalement, avec un tracteur muni d’un système automatique de remplissage des bacs. Ainsi, une personne suffit pour la récolte. Quand les bacs sont remplis, nous allons à la ferme. Les légumes sont soigneusement lavés dans une machine. La partie verte et les racines sont taillées pour les égaliser, et les déchets sont compostés. Après le lavage, chaque poireau est contrôlé manuellement, et si nécessaire, il est à nouveau nettoyé. Ensuite, nous les conservons au frais dans des bacs, avant de les acheminer vers la criée. »

Maman et papa donnent un coup de main à la ferme.

« Maman aide au nettoyage des poireaux et papa transporte tous les deux jours les poireaux à la criée de Roulers. Là-bas, le poireau est un produit central. La vente fournit la deuxième plus grosse partie du chiffre d’affaires de la criée. Les jours principaux pour la vente des poireaux sont le lundi, le mercredi et le vendredi. »

Rapportage-prei-1.jpg
Rapportage-prei-3.jpg
Rapportage-prei-'.jpg

Quatrième génération

Kris est la quatrième génération à la ferme. Son arrière-grand-père avait une ferme avec des animaux. Quand le père de Kris a pris les commandes, il est passé à la culture de légumes. Il a fait construire des serres, qui permettaient de cultiver de la salade en hiver et des tomates en été. Kris a commencé comme cultivateur en 2000. Il cultive de la salade toute l’année, en plus des poireaux, pommes de terre et carottes. On peut cultiver des poireaux sur une parcelle tous les trois ans, c’est l’idéal pour le sol. Il est donc nécessaire de varier les cultures.
Allium porrum, le nom latin du poireau, relie ce légume à la famille allium, avec ses cousins l’oignon et l’ail.